PANORAMA DE L’INDUSTRIE DU X

Publié le par David L'Epée

Sade02-copie-2.jpg

« Les films X sont au cinéma ce qu’est la musique militaire à la musique. Et encore, je suis dur pour la musique militaire car elle est parfois émouvante. Depuis que je suis abonné au câble je peux voir, à la seule condition d’entrer un code confidentiel, des films dits pornographiques. Bien entendu, je ne suis pas le seul à avoir ce privilège – si privilège il y a – parce que lesdits films sont accessibles non seulement sur les chaînes spécialisées, mais aussi sur les chaînes classiques ou grand public. [...] La vision récente de quelques scènes pornographiques m’amène à cette réflexion que bien d’autres ont dû faire avant moi et que je livre aux lecteurs.

 

Après tout, voir un couple faire l’amour n’a rien de choquant. Ce peut même être un spectacle agréable, divertissant, excitant, encore qu’il vaut nettement mieux le faire que regarder le faire. Voir deux hommes se faire des papouilles ou bien pire est certes plus discutable, mais il en faut pour tous les goûts. Soyons dans le vent ! Faire des gros plans sur le sexe, voire des quasi-endoscopies est à mon sens à la limite du présentable, mais enfin passons puisqu’il y a des amateurs, donc un marché. Ça peut plaire à certains. Montrer une femme se faire pénétrer brutalement par tous ses orifices par des tringleurs agités et infatigables est franchement peu agréable à regarder. De plus, c’est offensant. Enfin, quand ces hurluberlus doivent mettre un terme à leur prestation et qu’ils éjaculent bruyamment sur le visage de leur pauvre partenaire, c’est révoltant. C’est plus que je ne peux supporter.

 

J’ignore si les féministes patentées, les chiennes de garde et autres porteuses de banderoles ont réagi et comment elles l’ont fait. J’ignore aussi si la Ligue des droits de l’homme s’est penché sur la question. J’ignore aussi si les partis politiques ont pris parti sur ce problème. J’ignore enfin si nos gouvernants toujours enclins à protéger ses citoyens contre l’alcool, le tabac, la drogue, la vitesse ou le téléphone au volant ont effectivement agi. Peu importe puisqu’ils n’ont pas fait cesser cette industrie – qui semble-t-il continue à prospérer – ni modifier son contenu dans ce qu’il avait d’inadmissible et d’outrageant. »

 

Jean Massicot, Agoravox, 6 mars 2008

 

 

Sur le même sujet :   la  Pornographie  Américaine  en  Chiffres

Publié dans polémiques

Commenter cet article

felix niesche 27/03/2008 12:10

La chiennerie de garde et autres soumises de la gestapo feministe, au contraire, promeut la"travailleuse du sexe" cô sujet libre et émancipée. De plus en plus de femmes sont réalisatrices de film-porno. Et les agents de recrutements des jeunes filles en Hongrie et ailleurs sont la plupart du temps des femmes. L'une d'elle, dans "libération" expliquait comment, en tant que femmes elles allait dans les "Night-club" à Prague et ailleurs et savait mettre les jeunes Filles en confiance...le reste coulait de source (si l'on puis dire)...le tout enrobée d'une bonne dose d'idéologie de libération de la femme...En outre la pornographie-industrie au contraire du libertinage authentique ne prospère qu'à l'ombre de la misère sexuelle des mâles.La gigantesque rafle du plus beau cheptel femelle de Russie et d'Europe de l'Est pour la jouissance et les profits financiers d'une petite minorité du porno-bisness, inflige une castration symbolique aux mâles les plus conscients.. Or la frustration et la castration de la virilité, sont précisémment la raison d'être des groupes féministes, chiennes et autres soi-disant.ni putes ni soumises.Je rappelle que dans ce GVnt Sarko, qui est le pouvoir sans fard du capital financier sévit une ministre ni pute ni soumise....