LIBERTE D’EXPRESSION – MAIS PAS POUR N’IMPORTE QUI !

Publié le par David L'Epée

« Il ne se passe plus de jour sans que la radio me réveille sur les mots "Shoah", "enfants" et "devoir de mémoire". Un peu plus tard dans la matinée, je prends connaissance des journaux, et il est assez rare de ne pas y trouver au moins un gros titre comportant le mot "juif". Le soir, il y a des débats à la télé, et le même sujet revient, encore et toujours. En plaçant le martyr juif au centre d’un culte imposé à la société tout entière, on retrouvera vite la figure du juif coupable.

 

Relisez lentement ce paragraphe introductif, je vous prie, et demandez-vous si je ne suis pas tombé sur la tête de provoquer ainsi tous les farouches gardiens du temple en faction à chaque créneau médiatique : l’accusation d’antisémitisme vous tombe dessus pour bien moins que ça. Mais non, je ne suis pas fou, ni suicidaire, seulement distrait : j’ai oublié les guillemets. Ce brûlot n’est pas le mien, c’est une citation de la dernière chronique de Guy Konopnicki dans Marianne. Konopnicki n’est pas suspect de renier quoi que ce soit de son identité juive, de ses racines, ni les atrocités subies par son peuple. Par ailleurs bien français, limite franchouillard, qui ne raterait pas un tiercé-quinté plus, parigot-tête-de-veau nostalgique du Paname de son enfance de titi, et ex-stalinien repenti tourné républicain farouche : un type plutôt sympa somme toute (je dis ça sans le connaître vraiment, juste pour le lire régulièrement). Et donc, dans la France d’aujourd’hui, le juif Konop écrit dans sa gazette ce que le goy Langlois ne pourrait écrire dans la sienne sans qu’on lui tombe sur le râble. C’est comme ça ! »

 

Bernard Langlois, Politis, du 6 au 12 mars 2008

Publié dans polémiques

Commenter cet article

Gepetto 21/04/2008 11:24

Je suis fatigué de l'helvéticophobie déployée par les juifs américains, je suis fatigué de cette judéomanie qui nous envahi et nous empêche de lutter contre les abus du pouvoir et de la société capitaliste.