NON, DANTON N’EST PAS HITLER !

Publié le par David L'Epée

Au sujet du Livre Noir de la Révolution Française sous la direction de Renaud Escande (Editions du Cerf, 2008) :



Bastille.jpg« Après nous avoir mis en demeure de nous repentir de la traite négrière, du génocide arménien, de la colonisation, nous voici conviés à faire pénitence pour la Révolution Française. Défilent donc ici les têtes au bout des piques, les prêtres massacrés, les colonnes de Turreau, le calvaire du petit Louis XVII. Et de l’autre côté, car toute histoire noire appelle sa bibliothèque rose, Louis XVI, "le seul grand homme de la Révolution", Marie-Antoinette, "âme mozartienne, priante et héroïque", John Adams lui-même est convoqué pour célébrer, chez les Bourbons pris en bloc, "le lait de la tendresse humaine". [...]


Livre d’époque pour entonner l’air à la mode : des Lumières est sorti le Goulag, Lénine procède de Rousseau, et le totalitarisme nazi a ses racines dans la Révolution française. Il en inverse pourtant radicalement les principes, mais nul ici ne se soucie de ce détail, et cette simplification inspire les morceaux les plus extravagants de l’ouvrage. On apprend que la Révolution a inventé l’antisémitisme, que "ce que les révolutionnaires ont voulu faire (faire disparaître les Juifs), Hitler l’a réussi en Europe. " Un syllogisme implacable préside à certaines de ces démonstrations folles : on reconnaît, comme vous savez, les fascistes à quelques traits génériques – fulgurance, audace, insolence, laconisme, sobriété – or, Saint Just possède ces caractères, ergo Saint Just est un précurseur du fascisme. [...] L’escouade d’"essayistes", de "dramaturges", d’"historiens" et de "philosophes" s’emploie non à comprendre mais à juger le passé national. »



Mona Ozouf, "Non, Danton n’est pas Hitler !", Le Nouvel Observateur, 21 au 27 février 2008

 

Publié dans polémiques

Commenter cet article