L’IMPASSE DU MULTICULTURALISME

Publié le par David L'Epée

« On a pu assister en France, dans les années 1980 et 1990, à la conversion d’une partie de l’intelligentsia au modèle de la société pluriethnique, dite société multiculturelle. L’idéologie multiculturaliste est défendue à la fois comme méthode de lutte antiraciste et comme une évolution nécessaire de l’État-nation à la française. Cette conversion à l’utopie du métissage culturel d’une fraction importante de l’élite politico-intellectuelle, au nom du "pluralisme" ou de la "tolérance" et des "idées progressistes", requiert un examen critique, car elle offre un soutien à la politique séparatiste suivie par les minorités militantes se référant à leurs respectives identités ethniques ou ethno-religieuses comme à des valeurs en soi qu’il faudrait à ce titre préserver absolument. Le multiculturalisme politique – ou la politique des identités – se fonde sur un principe fondamental, celui du respect inconditionnel du "droit à la différence" des communautés minoritaires, présumées victimisées, et revendiquant le droit de vivre et de penser selon leurs valeurs et leurs normes identitaires respectives. Le multiculturalisme politique constitue donc, au sens strict, un modèle de société multicommunautaire, qui s’oppose sur l’essentiel au modèle républicain de la nation marquée par l’idéal régulateur de l’intégration et par le principe de laïcité. Il favorise enfin la coexistence de communautés à base ethnique, linguistique ou religieuse, aux valeurs et aux normes différentes, voire incompatibles entre elles. Ces communautés de divers ordres risquent d’entrer en conflit, soit par le choc de leurs croyances respectives, soit par la quête de leurs intérêts respectifs. L’espace public risque ainsi de se transformer insensiblement en espace conflictuel. »


Pierre-André Taguieff, "La République enlisée", Éditions des Syrte, 2005


Sur l’auteur :  un  Libre  Penseur :  Pierre-André  Taguieff

Publié dans livres

Commenter cet article

David L'Epée 19/05/2008 18:24

Il y a vraiment des gens qui auraient toutes les qualités requises pour travailler aux services généraux :) Oui, c'était moi effectivement. Et meme si je n'ai plus beaucoup de temps libre en ce moment, je suis resté très proche de la culture hip-hop et je continue, de temps à autre, d'écrire des nouveaux textes et de faire un ou deux concerts çà et là, notamment en compagnie de mon frère qui est très engagé dans le mouvement. Je sais, ça peut paraitre étrange vu les idées que nous développons sur ce site, mais c'est justement cette liberté de ton et d'idée qui me plait dans le vrai hip-hop.

Adji 19/05/2008 13:39

Une question pas directement en lien avec l'article : est-ce que c'est toi qui postais sur le forum de reprezent.ch, sous le pseudonyme "citoyen gladius", il y a 4-5 ou ans de cela ?