« LA SOIF DE GRANDEUR QUI FAIT SURGIR LES PEUPLES DU NÉANT... »

Publié le par David L'Epée

Petit passage de la lettre émouvante écrite par Ingrid Bétancourt à sa famille depuis son lieu de réclusion et publiée dans la presse colombienne :

 

Ingrid.JPG« J’aspire à ce qu’un jour nous ayons la soif de grandeur qui fait surgir les peuples du néant pour atteindre le soleil. [...] Ce jour-là, nous serons la grande nation que nous voulons tous être. Cette grandeur est là, endormie dans nos coeurs. Mais les coeurs se sont endurcis et pèsent tant qu’ils ne nous permettent pas des sentiments élevés. [...] Quand la nuit a été la plus obscure, la France a été le phare. Quand il était mal vu de demander notre liberté, la France ne s’est pas tue. [...] Je ne pourrais pas croire qu’il est possible de se libérer un jour si je ne connaissais pas l’histoire de la France et de son peuple. J’ai demandé à Dieu qu’il me recouvre de la même force que celle avec laquelle la France a su supporter l’adversité, pour me sentir plus digne d’être comptée parmi ses enfants. J’aime la France de toute mon âme, les voix de mon être cherchent à se nourrir des composantes de son caractère national, elle qui cherche toujours à se guider par principes et non pas intérêts. J’aime la France avec mon coeur car j’admire la capacité de mobilisation d’un peuple qui, comme disait Camus, sait que vivre, c’est s’engager. »

 

Ingrid Bétancourt, lettre publiée cette semaine par El Tiempo (Colombie)

Publié dans international

Commenter cet article