BILAN DE POUTINE : LES RUSSES PARLENT

Publié le par David L'Epée

 

« Je me sens libre de donner le sens que je veux à mon destin. [...] Je suis reconnaissant à Poutine d’avoir remis le pays sur les rails. Il a bien utilisé les ressources naturelles du pays. Et il se montre intraitable vis-à-vis des pays étrangers. Sur ce plan, je l’approuve, je suis convaincu qu’à sa manière, dure et sévère, il agit pour le bien du pays. »

Michel Borisov, 32 ans, enseignant

 

« Notre situation, et aussi celle du pays, s’améliorent. Nous avons beaucoup de respect pour le président Poutine, et on ne comprend d’ailleurs pas pourquoi l’Europe a une attitude si négative à son égard. Il a défendu notre pays vis-à-vis de l’étranger, il l’a tiré du chaos, il l’a conduit sur la voie du développement et du progrès. Pour la plupart des Russes, c’est une évidence. Mais c’est peut-être pour ça que vous ne l’aimez pas. »

Alena et Guilena, 23 et 24 ans, responsables du personnel

 

« La vie est devenue plus intéressante, il y a des perspectives. Sous Gorbatchev, c’était l’horreur ; sous Eltsine, c’était le chaos. [...] Un certain ordre est en train de se mettre en place. Même les campagnes commencent à en bénéficier. Ce que j’attends en priorité d’un gouvernement, c’est la stabilité, et il faut reconnaître que Poutine a su l’installer. »

Evgueni Guelni, 42 ans, chauffeur

 

« Peut-être après toutes ces années d’anarchie, cette période transitoire et cette reprise en main étaient-elles nécessaires. Il fallait remettre les oligarques au pas. Aujourd’hui, avec Medvedev, on va entrer dans une deuxième phase de redressement. »

Vladimir, 33 ans, commerçant, et Julia, 24 ans, juriste

 

« On a retrouvé une réelle stabilité. Au moins Poutine a remis de l’ordre, on sait où on va. Après toutes ces années noires, il était temps ! »

Vassili Guibovitch, 67 ans, ouvrier retraité

 

Le Nouvel Observateur, 5 mars 2008

Publié dans Russie

Commenter cet article

Bruno 20/04/2008 11:57

Les russes attendent de l'Europe qu'elle redevienne ce qu'elle a été: européo-centrée, c'est à dire 100% souveraine. Les appels de Poutine vont dans ce sens: une Europe sure d'elle qui comprend et respecte la Russie et son aire d'influence et qui de ce fait arrête de faire systématiquement le jeu américain, en integrant des pays dans l'UE-OTAN.
Il est dur pour un pays de voir des nations qui lui étaient fidèle depuis des lustres la fuir avec armes et bagages au profit d'un empire marchand.
Au dela des considerations geopolitiques, c'est tout simplement blessant pour une grande nation.

Si l'Europe continue a tendre la main aux americains, ce qui signifie plonger avec eux bientôt, les Russes se rapprocheront inévitablement des Chinois pour contrer leur ennemi principal: les Etats-Unis. Ils n'auront pas d'autre choix. Ils soutiendront egalement les régimes chiites et irakiens encore debout: Syrie, Iran, la Corée du Nord...

L'armee russe si elle reprend du poil de la bête, et surtout si elle peut, grâce a l'argent du gaz et du pétrole, reprendre une autonomie d'action ne doit pas masquer le fait que l'armée russe a connu une grave crise avec la chute de l'URSS et qu'elle ne possède plus les moyens qu'elle avait avant.
Il n'empêche que la Russie a fixe une ligne rouge a ne pas franchir poour l'OTAN: Bielorussie, Ukraine, Georgie. Elle se bat actuellement pour retarder l'avancée agressive de cette organisation subversive en Pologne et en Tchequie. Que les Polonais ne viennent pas pleurer si un jour ils payent le prix de cette trahison. et l'alignement intégral des deux homozygotes tarés Kaszincski (même si à l'heure actuelle il n'en reste plus qu'un au gouvernement), "papo-bushistes" et grenouilles de bénitier d'extrême-droite, alignés sur l'atlantisme, sur la germanophobie, la russophobie, le créationnisme biblique, va dans ce sens...