TIBET : LE JEU DANGEREUX DES SÉPARATISTES

Publié le par David L'Epée





« Les autorités chinoises ont fait ce que leur dictait leur devoir civique en mettant un terme, par la force, aux pogromes, au Tibet. En effet, les "manifestations et protestations des Tibétains" n’étaient rien d’autre, pour l’essentiel, que de véritables pogromes dirigés principalement contre des Chinois Han et des musulmans Ouïgours. Une vingtaine de personnes (des immigrés chinois, des émeutiers tibétains et des membres des forces de sécurité) y ont perdu la vie ; cinq immigrés furent monstrueusement brûlés vifs, dans leur boutique. On aurait eu à déplorer bien davantage de victimes encore, sans l’esprit de responsabilité et la promptitude des responsables chinois.

La cause tibétaine n’est certes pas ignoble : les Tibétains veulent préserver leur culture, unique au monde (comme toute culture). Les peuples de la France et de la Suède, de la Palestine et de l’Irak veulent la même chose. [...] Le peuple indigène du Tibet jouit d’absolument les mêmes droits que les autres peuples de la Chine. S’ils veulent avoir le Tibet à eux tout seuls, désolé : ça n’est pas comme cela que ça marche. Que nous le voulions ou non, que cela nous plaise ou non, nous devons partager notre sol avec ceux qui y étaient venus avant nous, et avec ceux qui y viendront après nous. D’ailleurs, de la même manière, les Indiens, les Népalais et les Chinois partagent leurs villes et leurs villages avec des immigrés tibétains, sans s’en plaindre plus que de raison. [...]


A défaut du Tibet, on trouverait toujours une autre raison pour lancer cette campagne antichinoise. Comme l’a écrit Christopher Caldwell dans le Financial Times des 29 et 30 mars :
"Le boycott des Jeux Olympiques de Pékin est la solution qui recherche depuis fort longtemps un problème". Le problème, ça pourrait être le Darfour, la Birmanie, les droits de l’homme, les mauvais traitements infligés à des prisonniers et à des animaux, ou encore les avortements tardifs. Les journaux israéliens inventent tous les jours de nouvelles raisons de boycotter la Chine, généralement en raison de "violations des droits de l’homme". Les raisons précises varient, mais le résultat reste toujours le même : ostraciser, isoler et punir la Chine, car elle est bien trop indépendante… Les dirigeants chinois ne sont pas des chiffes molles ; ils ont connu bien trop d’exemples horrifiants de ce qu’il se passe dès lors que le gouvernement central fait preuve de faiblesse. L’Union soviétique s’est effondrée parce que Gorbatchev n’a pas su marchander avec le séparatisme des républiques baltes, de l’Ukraine et de l’Arménie. Les dirigeants chinois sont taillés dans un matériau plus solide. Parfois, des décisions difficiles doivent être prises, et cela requiert des gens à la volonté bien trempée. [...]


Les Chinois sont dans leur bon droit quand ils luttent contre les sécessionnistes et quand ils préservent l’intégrité de leur pays, Tibet compris. [...] Les idéologues occidentaux voudraient modeler le monde à leur façon, et une Chine indépendante (ou une Russie indépendante, un Iran indépendant, une Inde indépendante…), ça n’est vraiment pas leur tasse de thé. C’est la raison pour laquelle ils sèment la guerre civile et les dissensions, promouvant le séparatisme et la sécession dans les pays indépendants. C’est un jeu ancien, que celui qui consiste à détricoter les empires, pour créer, ensuite, un nouvel empire sur les ruines des premiers. Dans ce petit jeu, les hypocrites de gauche et les impérialistes de droite agissent main dans la main. Certes, ils trouvent localement des nationalistes minoritaires, souvent des gens sincères, qui acceptent leur soutien qui tue. Ces nationalistes se font généralement avoir ; à moins qu’il ne s’agisse d’escrocs cyniques, parfaitement conscient du rôle qu’ils jouent. Rien de bon ne sort jamais de ces causes sécessionnistes/séparatistes : généralement, les terres ayant fait sécession tombent dans l’Empire judéo-américain. Le cas récent du Kosovo (qui a probablement inspiré les rebelles tibétains) en est un exemple éclairant : les Albanais du Kosovo ont obtenu d’être libérés de la Serbie, mais ils sont devenus une colonie de l’Union européenne, qui sert de plus grande base militaire et de plus important terminal pétrolier américain au monde. Un Tibet indépendant deviendrait, lui aussi, une base américaine dirigée contre la Chine, l’Inde et la Russie. La cruelle et sanglante rébellion tibétaine de 1959 avait été préparée et financée de A jusqu’à Z par la CIA, afin de saper la Chine. [...]


Il est grand temps de renoncer à la quête de l’
"autodétermination", car ce noble sentiment a bien trop souvent fait l’objet d’abus. En lieu et place, nous devons exiger des droits égaux pour tous. [...] La façon de préserver le caractère unique du Tibet – et il en va de même de la France, de l’Angleterre ou de la Palestine – réside dans notre victoire sur l’Empire et sur sa tendance à globaliser et à homogénéiser. Dans cette bataille, la Chine est une protectrice et une amie, et absolument pas une ennemie. »

 

 

Israel Shamir, "Les émeutes des yétis", Shamireaders, 1er avril 2008

 

 

Sur le meme sujet :   « La  Chine  a  Raison  de  Résister »    Que s’Est-il  Vraiment  Passé  au  Tibet ?     Propagande  contre  Propagande

Publié dans Asie

Commenter cet article