DIKTAT DE LA BEAUTE : NEO-FEMINISME OU ANTI-FEMINISME ?

Publié le par David L'Epée

undefined« Jadis considérée comme clandestine et risquée, la chirurgie esthétique est actuellement traitée par les médias comme si elle était aussi anodine et courante que le blanchiment des dents. [...] Pour Alex Kuczynski, journaliste au New-York Times et auteur de "Beauty Junkies" ["Droguées de la Beauté", éditions Doubleday, 2006], cette dernière tendance constitue "le nouveau féminisme, un militantisme de l’esthétique". C’est ignorer l’oeuvre des féministes qui ont plaidé pendant des années contre l’industrie mondiale de la mode et ses pratiques misogynes. L’industrie de la chirurgie esthétique fait pourtant aujourd’hui exactement ce que l’industrie des cosmétiques fait depuis des années – récupérer, revendre et rhabiller le féminisme pour entraîner les femmes dans ce qu’on pourrait appeler un "féminisme consommateur". Sous le double slogan de la possibilité et du choix, producteurs, chargés de communication et fournisseurs font passer la chirurgie non urgente pour de l’autodétermination. De plus, la couverture médiatique se focalise en grande partie sur cette idée de choix. [...] Le mot "choix" joue évidemment sur les connotations au droit à l’avortement, de façon à ce que les consommatrices soient persuadées de décider elles-mêmes de leur corps. Il y a cependant un choix qui n’est jamais mentionné : celui de ne pas envisager de chirurgie esthétique du tout. »


Jennifer Cognard-Black, Alternet (San Francisco), février 2008

Commenter cet article