NI SOVIETISME NI LIBERALISME : LE MODELE CHINOIS

Publié le par David L'Epée


CHINE – « Le "capitalisme" chinois est très contrôlé par l’Etat. Le pouvoir est désireux d’instaurer une économie de marché mais ne veut pas voir se développer une classe capitaliste. Le terme même de capitaliste demeure tabou. Le discours du pouvoir encense les entrepreneurs mais refuse l’idée d’une bourgeoisie. [...] Les entrepreneurs sont utiles mais à condition d’être sous contrôle. [...] Les entrepreneurs ne peuvent fonctionner sans la proximité avec l’Etat central ou local. [...] Cela ne signifie pas que [le pouvoir] élimine toute influence des entrepreneurs. Leur opinion, à titre de conseil, peut être prise en compte, dans une logique communiste classique de front uni. [...] En Chine même un consensus existe bel et bien entre les vues de la classe politique et celle des entrepreneurs : les objectifs visés sont la croissance et la stabilité sociale. [...] Il est intéressant de constater le rôle déterminant de l’Etat dans ce processus. Contrairement à ce qu’affirment les théoriciens anglo-saxons, l’intervention de l’Etat n’est pas, en elle-même, un facteur d’échec. Rien ne sert de la condamner d’un point de vue théorique. Ce genre d’intervention a joué un rôle important dans la modernisation de pays tels que la France, l’Allemagne ou le Japon. Pour l’heure, elle se révèle efficace dans le processus de la modernisation chinoise. »


Marie-Claire Bergère, historienne, auteur de "Capitalisme et capitalistes en Chine" (Perrin Asie, 2007), Le Temps, 7 janvier 2008

Publié dans Asie

Commenter cet article

Bruno 21/03/2008 20:18

>>>>>>>>>> Selon les travaux de chercheurs de l'université de Californie, à paraître en mai dans le Journal of Environmental Economics and Management, la Chine émet une quantité de gaz carbonique qui a augmenté et augmentera annuellement de 11 % en moyenne entre 2004 et 2010.


Pas besoin de dire que nous devrons cela à la mondialisation, qui appauvrit l'Europe mais enrichit la Chine... En clair, si le mondialisme s'effondre, l'économie chinoise fera de même et la nature s'en portera mieux.

Pour sauver la planète, il faut briser le capitalisme globalisé !