CE QUI NOUS ATTEND DEMAIN ?...

Publié le par David L'Epée

American-Rigolos.jpg« Voici quelques années, une organisation appelée la Fondation nationale des humanités a testé 80'000 étudiants de classe terminale et a découvert qu'un grand nombre d'entre eux ne connaissaient pas... euh... ne connaissaient rien. Les deux tiers n'avaient pas la moindre idée des dates de la guerre de Sécession. Une même proportion d'étudiants ne pouvaient identifier Joseph Staline, Winston Churchill, Charles de Gaulle. Un tiers pensait que Franklin Roosevelt était président des Etats-Unis pendant la guerre du Viet-Nâm et que Christophe Colomb avait atteint l'Amérique après 1750. Enfin, 42% des étudiants n'ont pas pu citer un seul pays d'Asie. [...]

 

De nos jours, il existe un vide intellectuel qu'il est difficile d'ignorer. Ce phénomène est généralement connu sous l'expression d' "abrutissement généralisé des Etats-Unis". [...] Parfois, on a l'impression que le pays tout entier se remet à peine d'une overdose de somnifère. Et ce n'est pas un phénomène occasionnel et passager. Cela se produit constamment. [...] On peut rattacher ça à ce que j'appelle le syndrome "Londres, Angleterre", selon cette habitude des journaux américains de faire suivre chaque ville mentionnée dans les dépêches du nom du pays. Si, par exemple, le New-York Times consacre un article aux élections britanniques, il mentionnera "Londres, Angleterre" pour éviter que le lecteur de base ait à s'interroger : Londres ? Voyons voir... Est-ce que ce n'est pas dans le Nebraska ? [...] Attention, ne vous méprenez pas sur mon propos. Je ne pense pas un seul instant que les Américains soient intrinsèquement plus stupides que les autres ou complètement lobotomisés. C'est tout simplement qu'on leur fournit systématiquement des conditions qui leur ôtent le besoin de penser, et ils en dont perdu l'habitude.

 

Bill Bryson, "American Rigolos : Chroniques d'un Grand Pays", Payot, 2001, p.25-27

Publié dans livres

Commenter cet article