« LE BOURGEOIS BONHOMME »

Publié le par David L'Epée

undefinedMaître de Philosophie Politique – « Nous pénétrons le troisième principe de l’art de gouverner : soustraire l’information juste à la vue de vos sujets et lui substituer une fabrication de l’opinion. »

 

Monsieur Sarkodain – « Oui, n’est-ce pas le travail que je confie à mes communicants et auquel je m’astreins moi-même en allant jour et nuit sur le terrain ? »

 

Maître de Philosophie Politique – « Vous n’y êtes point – je veux dire sur le chemin de la compréhension. »

 

Monsieur Sarkodain – « Maître, vous me peinez, car je suis partout et je donne le ton. »

 

Maître de Philosophie Politique – « L’art de la soustraction en politique consiste à fabriquer une opinion de telle sorte qu’elle croie qu’elle est la source d’elle-même. »

 

Monsieur Sarkodain – « Maître, comme vous dites cela ! Concrètement ? J’ai déjà TF1, France Inter, France Info et toutes les radios. J’ai les sondeurs avec Parisot à leur tête. »

 

Maître de Philosophie Politique – « Insuffisant. »

 

Monsieur Sarkodain – « J’ai Le Figaro, Le Monde, Libé, toute la presse régionale. Il ne me manque que L’Huma, et encore, elle accompagne les petits pas de Thibault. »

 

Maître de Philosophie Politique – Ce n’est pas assez.

 

Monsieur Sarkodain – « Je mange avec Bouygues, Lagardère, Arnault, et je me détends chez Bolloré. Si je me montre davantage, je crains que le peuple ne finisse par me jalouser ! »

 

Maître de Philosophie Politique – « Le peuple jalouse celui qui est immédiatement au-dessus de lui, pas celui qui est cent coudées plus haut. Vous avez donc bien fait de tripler votre revenu ; ainsi, le peuple ne pourra vous atteindre de son regard envieux, dès lors que vous aurez multiplié les écarts. N’oubliez jamais cette leçon : la multiplication des pains ou celle des inégalités sont le début de l’ère des miracles. »

 

Jean-Marie Harribay, professeur d’économie, "Le Bourgeois Bonhomme", Citizen Mag, décembre 2007

Publié dans polémiques

Commenter cet article