MÊME LES ENFANTS N’ÉCHAPPERONT PAS AU MARCHÉ

Publié le par David L'Epée

undefined« Comme si les bénéfices financiers des opérateurs téléphoniques ne suffisaient pas, voilà que ceux-ci veulent lancer le Mo1, un téléphone portable destiné aux enfants âgés de 6 ans.  Cette annonce a choqué les familles et les associations de défense, de la petite enfance comme des consommateurs.  Cette stratégie marketing des opérateurs téléphoniques vise à étendre sans scrupule, sans foi et sans loi leur marché en direction des plus jeunes enfants des familles françaises.  Une telle vision et perception de l’être humain et de l’enfance nous fait froid dans le dos lorsque l’on sait que même la jeunesse est désormais la proie du capitalisme sauvage et de l’économie de marché.  Nous pensons que les enfants n’ont nullement l’utilité d’un téléphone portable. Ils auront bien l’occasion dans les prochaines années de leur vie d’utiliser la téléphonie mobile. A cet âge, c’est le goût de la connaissance, de l’émerveillement, de la curiosité et de l’aventure qui prime naturellement dans leur jeune existence. C’est d’ailleurs tellement plus vrai qu’à notre adolescence et même à l’âge adulte nous retraçons l’histoire de notre enfance avec une certaine nostalgie. Ca ne sera certainement pas le Mo1 qui risque de nous faire cet effet. Il est aussi important d’insister sur le problème sanitaire qu’engendre la téléphonie mobile. En effet, au moment où les études commencent à prouver que les ondes téléphoniques peuvent provoquer ou accélérer le risque de tumeur au cerveau, il est urgent d’écarter les enfants de ce genre de risques. Il est à noter qu’à leur jeune âge, les cellules nerveuses et le cerveau sont en période de constitution. En l’ignorant, un tel problème sanitaire serait un drame humain.  Aujourd’hui, c’est l’humanité et la vie qui sont sacrifiées sur l’autel de la finance sauvage.  Désormais, qu’il s’agisse des hommes, des femmes, des enfants, des esclaves, des chiens, des chats, des baleines, des yeux ou des reins, nous savons que dans ce bas monde tout est objet de consommation au service des intérêts de lobbies financiers.  Les jeunes enfants ne sont qu’une étape supplémentaire vers cette marche forcenée de l’inhumanité.  Nous considérons que seule la nation est capable de faire face à ce phénomène sociétal effrayant. En ce sens, nous sommes convaincus qu’elle est le seul cadre protecteur des hommes, des femmes et de notre environnement.  Par conséquent, il est important que la politique dirige et régule l’économie pour promouvoir et garantir les grandes valeurs qui n’ont pas de prix. »

 

Gregory Gennaro, coordonnateur du Mouvement Social et Patriote, Agoravox, 2 janvier 2008

Publié dans nos enfants

Commenter cet article