L’ABÉCÉDAIRE MAL-PENSANT DE JEAN-FRANÇOIS KAHN

Publié le par David L'Epée

undefinedLa semaine où Jean-François Kahn venait nous rendre visite à Neuchâtel sortait son nouveau livre, "Abécédaire Mal-Pensant", dont j’ai relevé quelques entrées amusantes et qu’il vaut la peine, je pense, de citer largement :

 

 

Abject – Synonyme de "contestable" dans les livres de BHL.

 

Abnégation – Sacrifier ce qui est essentiel, dit le dictionnaire. Faux ! Les socialistes qui sacrifient leurs convictions ne font preuve d’aucune abnégation. Bien au contraire !

 

Ahmadinejad, Mahmoud Dictateur - étant entendu qu'un président élu qui pense très mal est un dictateur alors qu'un autocrate héréditaire ou putschiste qui pense bien est un modéré.

 

Antagonisme de classe Vieux concept archaïque qui siginifiait qu'entre la grande bourgeoisie et le salariat ouvrier il existait une certaine opposition. On sait qu'absolument rien dans la réalité ne permet de soupçonner ou de repérer un tel phénomène...

 

Assistanat – Pratique qu'un homme de droite défend quand il sort de l'église et stigmatise quand il entre au Parlement. La gauche, elle, est passée de la dictature du prolétariat à la dictature qu'exercent sur elle les assistés.

 

Baba cool – S’habille à l’extrême gauche, vit au centre, bouffe à droite.

 

Besancenot – Facteur d'Alain Krivine et vedette de télévision (sur TF1 on dit "notre ami Besancenot"). Redoutable révolutionnaire trostkiste au verbe sympathiquement juvénile qui parvient, tous les cinq ans, à soulever électoralement entre 3 et 4% des masses exploitées qu'il enferme, ensuite, dans le but de les confire, dans le congélateur d'une radicalité neutralisante : ce pourquoi la grande bourgeoisie lui voue autant de paternelle tendresse.

 

Bibi – Bobo version sarkozyste.

 

Blairisme – C'est le seul type de gauche que les éditorialistes des médias dominants blairent vraiment, c'est-à-dire qu'ils n'ont pas dans le nez. Après son alignement sur Georges Bush lors de la guerre d'Irak, André Glucksmann, l'immense philosophe que l'on sait, écrivit que cet engagement en faisait le plus grand homme d'Etat de notre temps. Adulé en France par le pouvoir médiatique mais désormais rejeté par les Anglais, le blairisme représente a priori la façon la plus à droite d'être de gauche. [...] Il a fortement contribué à paupériser, matériellement et moralement, des couches sociales dont traditionnellement les travaillistes se réclamaient. Les inégalités ont encore plus augmenté en Grande-Bretagne sous Blair qu'en France sous Juppé, Jospin et Raffarin. Nos médias en ont déduit, ravis, qu'il était beaucoup plus "moderne".

 

Capharnaüm – Ville bordélique de Terre sainte, contrairement à Jérusalem, ville sainte d'une terre bordélique.

 

Caviar – Lentille de mer réputée de gauche sous prétexte qu'elle est hors de prix. Ce qui est injuste : l'élitisme de gauche consisterait plutôt à se faire servir un oeuf d'esturgeon à la coque.

 

Chili – Un cas d'école que la droite a intérêt à faire oublier : un socialisme démocratique y fut remplacé, après un coup d'Etat, par une dictature libérale.

 

Colonies – Les nouveaux colonialistes préfèrent désormais parler d'implantantions.

 

Comble (le) – Pour un sourd-muet, entendre des voix, ce qui est possible. Pour un socialiste, devenir le président d'une organisation qui gère le grand capitalisme international, ce qui est fréquent. Pour un sarkozyste, traiter Poutine de dictateur, ce qui arrive tous les jours. Pour un chrétien réactionnaire et antisémite, se prononcer en faveur du grand Israël, ce qui est le cas.

 

Communauté – Ensemble de personnes que lient entre elles des liens spécifiques. Quand on dit la communauté, cela désigne, en revanche, un collectif de juifs sarkozystes.

 

Culot – S’en prendre à la gauche caviar et recruter Jack Lang, Attali et Bernard Kouchner.

 

Délinquant – Personne qui a commis un délit de nature criminelle. Pour la bourgeoisie louis-philipparde, le prolétaire était un délinquant de suspicion. Pour les bobos libertaires d'aujourd'hui, le délinquant est devenu un prolétaire de substitution.

 

Dévergondée – Expression qui témoigne des vieux préjugés : on dit aujourd'hui "femme libre". En revanche, un journaliste libre apparaît aujourd'hui très dévergondé.

 

Editorialistes – A peu près tous les éditorialistes et commentateurs des grands médias, nationaux ou régionaux, pensent - et ils le pensent vraiment, en conscience et en toute liberté - exactement la même chose concernant 80% au moins des sujets, et tout particulièrement l'économie et la politique étrangère. Il faudrait vraiment avoir un mauvais esprit pour affirmer que ce n'est pas là un pur hasard.

 

Eltsine, Boris Fut élu après avoir sauvé puis écarté Gorbatchev, et réélu grâce à un bourrage des urnes. Il présida à l'effondrement du système soviétique. Seul chef d'Etat qui réussit à envoyer des régiments blindés écraser un Parlement issu d'élections libres sous les applaudissements de la bien-pensance progressisto-droit-de-l'hommiste du monde entier.

 

Gauche moderne Désigne une gauche qui se positionnerait au centre droit. [...] Le critère de la "modernité" est ici le degré de soumission à l'ordre établi - en l'occurrence l'ordre établi par la mondialisation néolibérale - ce qui est assez logique puisque, par définition, ce qui est "établi" est moderne. De même, un catholique moderne est un catholique qui ne croit pas en Dieu.

 

Gaulliste – Espèce presque entièrement disparue. Les derniers specimens paraissent avoir été exterminés par les prédateurs sarkozystes.

 

Gay pride Cas très particulier d'un ghetto qui, pour mieux s'enfermer, défile une fois par an.

 

Guerre – Façon de régler un problème. Longtemps, un partisan de la guerre fut appelé un belliciste. Désormais, on préfère dire "défenseur des droits de l’homme". Hier, on faisait la guerre au nom de la paix. Aujourd’hui, on défend les droits de l’homme en exterminant les hommes qui ne défendent pas comme il convient leurs droits.

 

Hollande – Leader socialiste. Personnage en caoutchouc qui ne bondit jamais, sous prétexte qu’il rebondit. Assez élastique, en effet, pour être capable de s’étirer indéfiniment, de défaite en défaite, sans jamais rompre. Ce qui a permis d’abandonner à Nicolas Sarkozy le monopole de la rupture.

 

Homme africain – Selon un certain discours de Dakar prononcé par Nicolas Sarkozy, l’homme africain est incapable de se projeter dans l’avenir. Contrairement à l’homme de Neuilly qui, dès l’âge de trois ans, se projette déjà à l’Elysée.

 

Hypermarché – Très grande surface qui, en violentant ses fournisseurs par sa masse, peut abaisser ses prix d'appel, multiplier ses tentations, et inciter, de la sorte, les consommateurs à dépenser beaucoup plus que dans un commerce de proximité. Joue un rôle essentiel dans le processus de déshumanisation des rapports d'altérité.

 

Jospiner – Terme érotique qui signifie se retirer tout le temps pour mieux constamment tenter de revenir.

 

Keynes – Cet économiste, qui inspira le réformisme rooseveltien de l'avant et de l'après-guerre, fut diabolisé par les marxistes qui l'accusèrent de se proposer en roue de secours du capitalisme, et il l'est aujourd'hui par les néolibéraux qui lui font, eux, un procès en soviétisation du capitalisme. Le constat de cette évolution témoigne du glissement idéologique qui s'est produit en vingt ans.

 

Libérateur – "Occupant" en arabe.

 

Margarine – Est au beurre ce que la social-démocratie est au socialisme.

 

Poney – Cheval sarkozyste.

 

Parachute doré – Ce qui permet à un grand patron qui échoue de ramasser beaucoup plus d'argent qu'un petit patron qui gagne.

 

Privatisation – Paradoxe : cet acte - l'appropriation personnelle d'une terre, d'un territoire, d'un bien, d'un moyen de production ou d'un service - est devenu, en soi, synonyme de "modernité". D'où il découle que le Moyen-Âge, époque où même les armées, la police, la justice et la monnaie étaient privatisées, mérite de devenir furieusement moderne.

 

Prolétaire – Mot devenu quasiment obscène, alors même que "bite" et "enculé" sont devenus tout à fait courants.

 

Propagande – On préfère désormais, en particulier dans les médias audiovisuels, dire "information non partisane". Et c’est vrai : elle n’est pas au service d’un parti, mais d’un homme.

 

Relativité – La Russie commet un génocide en Tchétchénie, mais les Etats-Unis tentent de conforter la démocratie en Irak. Le Vénézuelien Hugo Chavez est un dictateur extrémiste mais le roi d’Arabie saoudite est un modéré partisan des réformes. Les Français sont des nationalistes étriqués et frileux, les Anglais sont des insulaires aiment leur patrie et attachés aux traditions. Poutine est un autocrate mais Sarkozy est un hyper-président.

 

Ségolène – Femme battue qui en redemande. C'est pourquoi tant de féministes lui sont hostiles.

 

Social – Qualificatif qu'il convient d'ajouter à toute entreprise dont le caractère antisocial risquerait de paraître impudique. Ainsi, une charette de licenciements devient un "plan social". Un impôt qui frappe les consommateurs pour compenser une baisse de charges patronnales s'intitule une "TVA sociale". Favoriser les heures supplémentaire au détriment du travail est censé représenter la quintessence de la "politique sociale". Par extension, le viol peut être qualifié de pudique attouchement et un massacre à la tronçonneuse d'humanitariste agression.

 

Socialistes – Ensemble de chapelles qui, dépourvue de Vatican, ont également perdu leurs cathédrales et leurs basiliques. Plus de pape, donc plus de soupape. Plus de points cardinaux, donc plus de cardinaux. Plus de pontife, plus que des poncifs.

 

Spéculer – Travailler toujours moins pour gagner toujours plus.

 

Structurelle (réforme) – Quand, en politique, vous ne savez pas comment résoudre un problème auquel vous êtes confronté, contentez-vous d'affirmer qu'il faut réaliser d'urgence des "réformes structurelles". Comme personne ne sait de quoi il en retourne, tout le monde applaudit.

 

Sucette – Version acidulée de la carotte, mais qui intègre le bâton.

 

Suisse – Pays stupéfiant d’un point de vue sarkozyste, puisque personne, pas même les Suisses, ne sait qui le dirige – à la limite, ils s’inquiéteraient même qu’on le sache.

 

Venezuela – Beaucoup considèrent que sous la férule de Chavez, ce pays vit sous un régime dictatorial. La preuve en est que la principale chaîne d’opposition a été fermée par consigne du pouvoir. En France, cela ne pourrait évidemment pas arriver : il est vrai qu’il n’existe aucune chaîne de télévision d’opposition.

 

Jean-François Kahn, "Abécédaire Mal-Pensant", Plon, 2007

 

au sujet de Jean-François Kahn :   le  Gratin  des  Médias  se  Retrouve  à  Neuchâtel

Publié dans livres

Commenter cet article