OUI A L’EGALITÉ, NON À LA SIMILITUDE

Publié le par David L'Epée

Bidochon.jpgIl arrive parfois que les psys ne disent pas n’importe quoi...

« Nous faisons tous un peu partie de la génération post-68, celle qui a eu la pilule dans la main et les idées égalitaires dans l’autre. Mais un couple doit établir des règles différentes dans la cuisine et dans la chambre à coucher. Dans la cuisine, on partage les tâches ; au lit, on a des rôles différents. [...] [Le lit] n’est pas un lieu démocratique, ce n’est pas un lieu d’équité, de consensus, car le désir érotique est beaucoup plus rebelle que ça. [...] [Cette difficulté à être différent au lit] est en partie la conséquence d’un certain féminisme, celui de la première vague, qui a voulu neutraliser les abus de pouvoir, ce qui était nécessaire, mais qui a contribué à effacer l’élément de puissance qui existe dans le sexe. Le féminisme américain en particulier n’est pas fondé sur un modèle de complémentarité mais de similitude, qui affirme "nous sommes semblables". Or, la similitude n’est pas propice au désir. Il a, lui, un besoin fondamental de différence et d’altérité, de transgression et d’affirmation de soi, de rapports de pouvoir. »

Esther Perel, psychothérapeute, L’Hebdo, 6 décembre 2007

Commenter cet article

clovis simard 05/08/2013 21:15

SIMILITUDE N'EST PAS ÉGALITÉ ?