« POLITIS » DONNE RAISON À EGALITÉ & RÉCONCILIATION

Publié le par David L'Epée

 

...ou comme quoi nous ne sommes pas les seuls à trouver qu’il y a du De Gaulle chez notre ami de Chavez :

undefined« Une "horreur" repoussée de justesse à 50,7% : Hugo Chavez préparait pour le Venezuela une réforme constitutionnelle à faire frémir les observateurs occidentaux, qui dénonçaient déjà la marche à la dictature tropicale. [...] En économie, promotion de l’activité sous les principes de l’économie socialiste, Etat majoritaire dans le secteur pétrolier, interdiction de privatiser les entreprises publiques, prohibition du "latifundisme", contrôle de la Banque centrale. Pour le social : réduction de la journée de travail de huit à six heures, sécurité sociale pour tous, etc. En France, on aurait appelé ça la Ve République, et le pré-dictateur, De Gaulle. [...] Oui, mais chez nous, on a le garde-fou de la démocratie contre les dérives autoritaires, rétorquent les vigies. Ca tombe bien, le Venezuela aussi. Les Etats-Unis déploraient le manque d’observateurs internationaux. Les électeurs n’en ont pas eu besoin. Ils ont fait jouer leur veto, le projet n’a recueilli que 49,3% des voix. Honorable perdant, Chavez a admis la "tendance irréversible" du scrutin, battu dans les urnes pour la première fois depuis 1999. Mais il a aussitôt que cette défaite n’allait en rien changer son projet de "socialisme du XXIe siècle" pour le pays – ce qui n’est pas inconstitutionnel. »

Patrick Piro, Politis, 6 au 12 décembre 2007

 

Publié dans Amériques

Commenter cet article