BELLE CONTRE-ATTAQUE DE MARIANNE

Publié le par David L'Epée

Attaque du Meilleur des Mondes :

« Marianne, ce radeau de la Méduse de la presse française, où les soldats perdus du Figaro Magazine et de L’Humanité trempent désormais leur plume amère dans le même encrier d’un populisme gaucho-réactionnaire qui rappelle le défunt Crapouillot... »

(Le Meilleur des Mondes, n°5)

 

Contre-attaque de Marianne :

« Marianne serait un des principaux suppôts – c’est ce que décrète, parution après parution, Le Meilleur des Mondes – de l’obsession antiaméricaine en France. La preuve ? Notre opposition radicale à la guerre d’Irak. Notez que nous ne sommes pas en mauvaise compagnie avec, par exemple, le récent prix Nobel de la paix Al Gore, cet Américain anti-américain si on se réfère à la définition pointilleuse de nos néocons. [...] La stratégie Bush ? Un tragédie, chacun le sait, même les petits soldats du Meilleur des Mondes et, plus déterminant encore, une écrasante majorité d’Américains, républicains et démocrates confondus. Et pourtant, quiconque s’oppose à la politique du président américain est catalogué de vipère lubrique. Non, pardon, vipère lubrique, ce serait puiser dans le vocabulaire stalinien façon années 50. Désormais, pour punir, bannir, décrédibiliser, insulter, rayer des sphères culturelles et branchées, il suffit, croient-ils, de clamer "populiste", "gaucho-populiste", "anti-américain". [...] Cet anti-américain-là, vous chers lecteurs, moi, la rédaction de Marianne tout entière, devient, par définition puis par extension, antilibéral, hostile à l’humanisme, adversaire névrotique de l’économie de marché, obsédé par la traque des riches et par la diabolisation de l’argent, viscéralement antieuropéen, animé par la haine d’Israël, et, au bout du compte, car c’est là qu’il faut arriver pour tuer plus sûrement – antisémite. L’anti-américain, celui qui mesure le délire de Bush, de Cheney, de leur entourage néoconservateur, vous, moi, les journalistes de Marianne, cet anti-américain-là ne le sait évidemment pas mais il hait les juifs. Il faut tenir solidement le stylo pour ne pas défaillir face à une telle construction élaborée pour déconsidérer à jamais. »

(Maurice Szafran, Marianne, 27 octobre au 2 novembre 2007)

Publié dans polémiques

Commenter cet article