LES DEUX MAI 68

Publié le par David L'Epée

 


« On ne peut rien comprendre à ce qui s’est passé en Mai 68 si on ne réalise pas qu’à l’occasion de ces journées qui se voulurent révolutionnaires deux types d’aspirations totalement différents se sont exprimés. Mai 68 fut d’abord, indéniablement, une protestation contre la politique-spectacle et le règne de la marchandise, un retour à l’esprit de la Commune, une mise en accusation radicale des valeurs bourgeoises. Je ne peux avoir que de la sympathie pour cet aspect du mouvement, même s’il s’y mêlait bien entendu beaucoup de naïveté juvénile. Mais il y eut aussi un autre Mai 68, d’inspiration strictement hédoniste et individualiste, qui se bornait à contester l’ordre moral du moment, que l’avénement des Trente Glorieuses avait déjà commencé à faire craquer. Les uns défendaient l’ascèse révolutionnaire, les autres voulaient avant tout "jouir sans entrave". Or, ces derniers ont très vite réalisé que ce n’est pas en faisant la révolution ni en se mettant au service du peuple qu’ils allaient satisfaire leurs désirs. Ils ont vite compris au contraire que ceux-ci seraient plus sûrement satisfaits dans une société libérale permissive. Ils se sont donc tout naturellement ralliés au capitalisme libéral, ce qui n’est pas allé, pour nombre d’entre eux, sans quelques avantages sonnants et trébuchants. Installés dans les état-majors politiques, les grandes entreprises, les grands groupes éditoriaux et médiatiques, ils ont surtout conservé de Mai 68 le souvenir nostalgique d’une grande fête. »

 

Alain de Benoist, interviewé par Rébellion n°26, septembre-octobre 2007

 

Sur le même sujet :   Triste  Fin  pour  les  Soixante-huitards

Vidéo : extrait de "Grands Soirs et Petits Matins", documentaire de terrain sur Mai 68 au jour le jour

Publié dans analyse

Commenter cet article