BHL : LIBÉRAL, ANTI-SOUVERAINISTE ET ATLANTISTE

Publié le par David L'Epée

Deux lettres du courrier des lecteurs de Marianne au sujet du dernier livre de Bernard Henri-Lévy ont retenu mon attention par la justesse de leur analyse :

  

« Quant à l’émotion ressentie à l’écoute de la Marseillaise, incompréhensible pour un BHL réfractaire à toute idée de nation, je lui conseillerais d’en discuter avec les rugbymen argentins aux yeux emplis de larmes à l’écoute de l’hymne de leur pays. Continuons de diaboliser les mots "travail", "famille", "patrie" (détournés par Pétain) et la gauche descendra encore plus bas. Le problème de BHL, c’est qu’il parle du peuple sans le connaître. Ce ne sont pas les questions internationales qui motivent son vote mais les questions sociales ! Comment demander, comme Alain Finkielkraut, à des gens qui ont des problèmes de fin de mois de manifester pour la Biélorussie ? »

 

Fabien Imbert, (numér du 3 au 9 novembre 2007)

 

BHL02.JPG« Le courant républicain d’Henri Guaino est celui de l’Etat fort contre les lobbys, de l’intérêt général contre les intérêts particuliers, celui de la solidarité, de la nation et de sa souveraineté. Le courant moderniste de BHL est celui des libertés individuelles exacerbées dans tous les domaines, du libéralisme économique, du droit d’ingérence, du supra-national. Gauche ou droite ? Cette grille de lecture ne permet pas d’appréhender ce clivage. [...] C’est une autre grille de lecture qu’il faut adopter pour comprendre ces antagonismes profonds : l’individu libre girondin contre l’Etat-nation montagnard. Et quand BHL tente de nous expliquer qu’il demeure dans le clivage gauche-droite et que son nouveau livre (re)pose les principaux fondements de la gauche, on a du mal à y croire. [...] En réalité, il fustige ses véritables ennemis, qu’ils soient de gauche ou de droite : les républicains. [...] Qu’il le fasse en abattant clairement ses cartes : ce n’est pas un homme de gauche qui parle, mais un libéral, un anti-souverainiste, voire un atlantiste. »

 

Georges Milovan,  (numéro du 27 octobre au 2 novembre 2007)

Publié dans polémiques

Commenter cet article