LE GRATIN DES MÉDIAS SE RETROUVE À NEUCHÂTEL

Publié le par David L'Epée

Vendredi dernier, 16 novembre, l’Académie du Journalisme et des Médias (AJM) de l’Université de Neuchâtel recevait, au Palais du Peyrou, une brochette de représentants de la presse francophone pour débattre de l’indépendance des médias. La question est d’autant plus pertinente que l’Université a décidé d’attacher cette nouvelle académie à la Faculté des sciences économiques, ce qui peut sous-entendre bien des choses quant à l’orientation qu’on entend donner au travail de journaliste dans cette académie... Mais nous ne demandons qu’à voir. Ayant assisté aux débats, certaines répliques des débattaires ne sont pas tombées dans l’oreille d’un sourd : 

 

JFK.JPGJean-François Kahn, directeur de Marianne :

« La diversité des idées dans la presse était beaucoup plus grande auparavant. Dans les années soixante-dix, on trouvait quatorze grands quotidiens rien qu’en France ! Aujourd’hui, on ne dénombre que quatre quotidiens nationaux, parmi lesquels au moins deux grandes sensibilités politiques françaises ne sont pas représentées : la gauche sociale et la droite gaulliste. »

 




Nicolas Willemin, rédacteur en chef de L’Express (quotidien neuchâtelois) :

« Avant la fusion, il existait deux quotidiens dans le canton : sur le littoral, berceau historique de l’aristocratie, L’Express, journal aux idées de droite, et dans les franches-montagnes, zone ouvrière et socialiste, L’Impartial, journal aux idées de gauche. Ensuite, nous avons fusionné les deux titres pour obtenir... un journal sans idées. »

Publié dans Suisse

Commenter cet article