COMMENT LE CAPITALISME NOUS INFANTILISE (I)

Publié le par David L'Epée

Barber.jpg« Aujourd’hui, pour survivre, le capitalisme transforme les consommateurs en acheteurs compulsifs et développe un éthos de l’infantilisation qui valorise précisément ce que l’éthique protestante décrite par Max Weber condamnait. [...] L’infantilisation, c’est cette tendance de fond, caricaturale aux Etats-Unis, privilégiant le simple par rapport au complexe, l’immédiat par rapport à ce qui est lent, le facile par rapport au difficile. En donnant tout pouvoir aux enfants, le marché les corrompt : mais il infantilise aussi les adultes et finalement le citoyen au profit du consommateur. »

 

Benjamin R. Barber, Le Nouvel Observateur, 18 au 24 octobre 2007

 

Benjamin R. Barber est l’auteur d’un ouvrage très lucide intitulé "Comment le Capitalisme nous Infantilise" (Fayard, 2007). J’en publierai prochainement un extrait dans notre rubrique sur les livres.

Publié dans analyse

Commenter cet article