« UN EXEMPLE POUR CUBA ET POUR LE MONDE ENTIER »

Publié le par David L'Epée

Che-Guevara.jpg« Des cérémonies officielles d’hommage au révolutionnaire argentin Ernesto Guevara se sont déroulées lundi à Santa Clara, à Cuba et à Vallegrande en Bolivie, à l’occasion du quarantième anniversaire de sa mort le 9 octobre 1967. Le président cubain par intérim, Raul Castro, a présidé l’hommage rendu au guérillero en présence de la famille de Guevara et des hautes instances dirigeantes militaires et gouvernementales cubaines, sur la place de la Révolution de Santa Clara (centre), à 300 km à l’est de La Havane. La commémoration a débuté par la lecture d’un texte composé à la mémoire du Che par le leader cubain en convalescence Fidel Castro, paru lundi dans la presse gouvernementale. Fidel y a salué « la grandeur du combat quotidien » du Che et a dit « s’incliner avec respect et gratitude devant le combattant exceptionnel tombé le 8 octobre, il y a quarante ans ». [...] Après avoir salué la veuve du Che, Aleida March, 71 ans, et leurs quatre enfants, Raul Castro a assisté, en silence, aux cérémonies. »

 

AFP, 9 octobre 2007

 

« Militants révolutionnaires ou simples touristes, les admirateurs du guérillero se pressaient en masse hier dans le minuscule hameau de la Higuera, perché dans le maquis du sud-est bolivien, où le révolutionnaire fut capturé le 8 octobre 1967, avant d’être exécuté le lendemain. [...] "Nous sommes les fils du Che. Il est plus vivant que jamais. C’est un exemple pour Cuba comme pour le monde entier" affirme Anibal Bedento Triana, un colosse de soixante deux ans en blouse blanche. Parmi ses compatriotes, d’ex-guérilleros, salués avec enthousiasme par la foule, soulignant la portée du message politique de Guevara, avant d’allumer un grand feu près de l’école où il fut tué. L’un des trois survivants de son aventure bolivienne, Leonardo Tamayo Numez, dit Urbano, appelle au combat contre les Etats-Unis, qui se "croient maîtres du monde", tandis qu’Emilio Morales, l’un de ses compagnons de route dans la Sierra Maestra, affirme que "la lutte armée est encore nécessaire". »

 

Le Matin, 9 octobre 2007

Publié dans Amériques

Commenter cet article