CRISE DE SOCIETE

Publié le par David L'Epée


FRANCE – « L'alcool est la première cause de mortalité évitable chez les jeunes »,
souligne le professeur Roger Nordmann, membre de la commission addictions de l'Académie de médecine. [...] Le plus préoccupant, c'est le développement du binge drinking, un terme anglo-saxon pour désigner des beuveries dont l'objectif n'est pas le plaisir de boire, mais l'obtention le plus vite possible d'un état d'ivresse. « Cette intoxication alcoolique aiguë, bien documentée sur le plan clinique, peut entraîner des conséquences extrêmement redoutables notamment un coma éthylique parfois mortel et signalé dès l'âge de 12 ans », soutient le professeur Nordmann. Or, 2,3 % des jeunes de 17 ans dans le cadre de la dernière enquête Escapad ont déclaré avoir eu recours au binge drinking au moins dix fois au cours des trente derniers jours, soit un jour sur trois. De surcroît, la précocité des comportements d'alcoolisation aiguë est un sujet de préoccupation supplémentaire. « Une étude très récente a montré, grâce à la neuro-imagerie, que la consommation d'alcool à un âge précoce entraîne une diminution de la matière grise dans plusieurs zones cérébrales », précise Roger Nordmann. Nous sommes encore loin des Britanniques, chez lesquels ces modalités d'alcoolisation concernent trois fois par mois 23 % des adolescents de 16 ans, et les filles plus que les garçons. Mais la tendance est lancée. »

 

Martine Perez, Le Figaro, 1er octobre 2007

Publié dans nos enfants

Commenter cet article