L’ECOLE BOLIVARIENNE EST L’ECOLE DU PEUPLE

Publié le par David L'Epée

Chavez01.JPG


« C'est à une rentrée des classes en fanfare que le président Hugo Chavez a soumis son pays. Profitant de l'inauguration d'une nouvelle école « bolivarienne », le chef de l'État a menacé de fermeture les collèges privés qui n'accepteraient pas d'incorporer les programmes en cours d'élaboration. D'ici à un an, l'enseignement vénézuélien devra célébrer les valeurs bolivariennes, qui, selon Chavez, reposent sur quatre piliers : « créer, participer, vivre ensemble, réfléchir ». « La société ne peut accepter que le secteur privé fasse ce qu'il veut », a tonné le président vénézuélien, rappelant que, dans tous les pays, l'État a pour mission de fixer les grands axes de l'éducation. Des inspecteurs dépêchés par le gouvernement vont commencer à visiter tous les établissements. « Ceux qui ne sont pas d'accord seront fermés ou nationalisés et l'État prendra en charge les enfants », a précisé Chavez.

 

À l'opposition, qui l'accuse de vouloir endoctriner les jeunes vénézuéliens en mettant Karl Marx au programme, le président rétorque que, s'il favorise une idéologie, le « socialisme du XXIe siècle » et la célébration d'une société « multiculturelle », le système éducatif antérieur repose aussi sur un système de pensée, « eurocentrique, colonial et capitaliste ». Feuilletant en direct à la télévision un vieux manuel des années 1970, il a fustigé ces pages qui inculquent aux Vénézuéliens « l'admiration pour Christophe Colomb et Superman ». D'ici à 2010, a conclu le président, toutes les écoles et lycées vénézuéliens seront « bolivariens ». Avec cette annonce, Chavez passe à la vitesse supérieure en s'attaquant à l'éducation des plus jeunes. Depuis trois ans, il bâtit un système universitaire parallèle, pour contrer les établissements dirigés par des cadres majoritairement hostiles au pouvoir et à sa volonté d'étendre l'enseignement supérieur aux classes populaires. Son objectif : inonder le marché de nouveaux diplômés, mettre fin au monopole des grandes universités et contraindre les lauréats à s'adapter à la réalité du pays. »

 

Le Figaro, 24 septembre 2007

 

 

Sur le même sujet :

 

-          Hugo Chavez : un Modèle de Résistance pour les Peuples Libres

-          Un Grand Jour pour les Peuples non Alignés !

Publié dans Amériques

Commenter cet article