PHILIPPE VAL ET LA CONFUSION DOGMATIQUE

Publié le par David L'Epée

 

val02.jpg

Comme j’ai déjà eu l’occasion de le dire une autre fois, l’esprit libertaire sympathique qui anime depuis ses débuts l’hebdomadaire satirique Charlie Hebdo fait de cette publication une lecture agréable et amusante, même si, comme c’est mon cas, on se trouve en opposition sur bien des points avec la ligne éditoriale. Son irrévérence, son humour et sa liberté de ton en font une feuille très appréciable, comme peut-être seule la France peut en produire, et j’ai pris depuis plusieurs années l’habitude de le lire chaque semaine. Néanmoins, il est fort probable qu’aujourd’hui, l’esprit libertaire ne soit pas ce qui enflamme au plus haut point nos peuples et qu’il place ses aspirations ailleurs, et il se peut aussi qu’un certain nombre de rédacteurs de Charlie Hebdo ne soient pas aussi libres penseurs qu’ils le prétendent. Ainsi, son rédacteur en chef, Philippe Val, autoproclamé héros de la croisade anti-islamiste pour la liberté d’expression et la laïcité républicaine lors de l’affaire des caricatures de Mahomet, a peut-être tendance à en faire un peu trop ces derniers temps et à décocher ses flèches dans un sens unique, sens par ailleurs désigné par l’ensemble des autres médias. Tout est bon pour peindre sous les couleurs les plus sombres les imams fanatiques et leurs complots contre la démocratie, mais par contre, interdiction totale – miracle de l’autodiscipline – de dire ne serait-ce qu’un mot négatif du camp israélien. Comme libre pensée, on a vu mieux.

 

Philippe Val se revendique comme étant de gauche. C’est original. Si j’étais encore attaché aux étiquettes, je m’en offusquerais certainement et rappelerais à ce bon monsieur que selon mes connaissances historiques, la gauche ne s’était jamais définie comme une pensée relativiste, anarchisante, sioniste et islamophobe. J’irais même plus loin : la gauche ne s’est jamais définie (sauf dans le lexique très particulier des partis politiques étasuniens) comme libérale. Car c’est ce que Philippe Val prétend et il fait de ce libéralisme sa première vertu. Ce qui, on en conviendra, n’en fait pas vraiment un gauchiste, à moins que le PS soit de gauche, mais alors je n’y comprendrais plus rien.

 

Il s’en explique le 29 août dernier dans un éditorial intitulé « Pour aller à gauche c’est par où ? » :

 

« Le mot gauche a [...] peut-être à mon insu, changé de sens au tournant du siècle. Initialement, il voulait dire : mouvement vers plus de liberté et accroissement des possibilités de bonheur pour chacun. Il voulait dire réappropriation de leur corps par les individus, diminution des contraintes et recul des souffrances. Si, désormais, la gauche, ça veut dire le même bon sens que la droite, la même fascination pour l’ordre, les mêmes plate-bandes sécuritaires, le même mépris pour le débat théorique, mais avec un peu plus d’impôts pour que les filets sociaux soient un peu plus serrés, alors n’importe quel individu de droite un peu généreux est aussi de gauche. »

 

M. Val est un représentant typique de ce que j’appelle les fossoyeurs de la gauche. La gauche est certes, tout comme la droite, un regroupement idéologique trop ambigu et inadéquat pour nous permettre de comprendre le monde d’aujourd’hui, et il n’est plus bon que pour les éditorialistes de la grande presse, mais elle a incarné jadis des réalités très profondes et très nobles. On y parlait de liberté, bien sûr – encore faut-il définir la quelle – mais on y parlait aussi d’égalité sociale, de justice, de collectivité, et d’autres choses un peu passées de mode dans les partis dits de gauche. M. Val est un fossoyeur de la gauche car il se précipite tête baissée dans les résumés simplistes et faux auxquels les ennemis de la gauche voudraient la réduire : à savoir, notamment, qu’elle serait utopiste, comme tout ce qui est beau et grand. Pour ces gens, seule la médiocrité est réelle, et ce qu’ils appellent pragmatisme n’est qu’une soumission hypocrite à ce qu’il est légitime d’appeler la pensée unique. En reprochant à la droite son « bon sens » (singulier reproche !), Val se tire une balle dans le pied et il ne fait que donner raison à ceux qu’il pense être ses ennemis (et qui pourtant revendiquent aussi le même libéralisme), et il le fait en sous-entendant que la gauche qu’il défend manque de bon sens et que c’est justement ça qui fait sa beauté. Argument abscons s’il en est.

 

En bon anarchiste, M. Val dénonce la « fascination pour l’ordre » d’une certaine gauche. On comprend, vu ses influences intellectuelles, que ça l’horripile, mais que ça ne l’empêche pas de rouvrir ses livres d’histoire et de découvrir que l’ordre a toujours occupé une place importante dans tous les pays socialistes. Mais les anarchistes, précisément, ne sont pas des socialistes. M. Val nous explique ensuite que tout ce qui fait la supériorité de ce qu’il appelle la gauche sur ce qu’il appelle la droite, c’est la « générosité ». Sa vision d’une société de gauche serait donc celle d’un Etat-providence chargeant de ses bonnes oeuvres une multitude de ministères qui seraient autant de sociétés de charité. Bref, un garde-fou social pour compenser tant bien que mal les fossés creusés par la société libérale – qui, elle, reste au-dessus de tout soupçon pour notre éditorialiste. On est plus proche de la charité chrétienne que de l’économie redistributive marxiste, pour qui l’égalité est une question de matérialisme et non de bons sentiments. Qu’on soit d’accord ou pas n’est pas la question, mais il faut reconnaître que la gauche, qu’on l’aime ou qu’on s’en méfie, n’a jamais été telle que la décrit Philippe Val. 

charliehebdouneseptcentgs1.jpg

 

Il faut l’entendre aussi parler de l’extrême gauche :

 

« ...un social-conservatisme autoritaire qui sert de faux nez à un souverainisme honteux [...] son obsession antilibérale [l’] autorise de plein droit à figurer dans le cortège de la droite. »

 

Ah bon ? Être antilibéral, c’est être de droite ? Oui, tout comme être antisocialiste, c’est être de gauche, et être antifasciste c’est être mussolinien : dis-moi ce que tu es et je dirai que tu ne l’es pas. Une droite antilibérale, on appelle ça un oxymore en littérature, comme lorsque Victor Hugo parle du « soleil noir de la mélancolie ». Quant au souverainisme qui ne saurait être qu’ « honteux », on fera seulement remarquer qu’il est tout de même un des remparts les plus efficaces contre la mondialisation américaine et que cette dernière n’est pas spécialement un projet de gauche...

 

Pour ne pas faire de jaloux, M. Val en place aussi une sur l’extrême droite :

 

« [l’extrême droite] dont l’hostilité à l’Amérique, à la mondialisation, à Isräl, le flirt avec l’islamisme et l’amour de l’authenticité locale fournissent un certain nombre de points communs avec l’extrême gauche. »

 

Ce dernier point n’est pas tout à fait faux – à l’exception du fait, comme je l’ai dit avant, que ces notions de gauche et de droite, tout comme celle d’ « extrêmes », sont largement dépassées. Il est étrange, tout de même, que M. Val ne nous parle pas de cette autre extrême droite, pourtant autrement plus puissante, cette extrême droite atlantiste et sioniste, ultralibérale et déracinée, raciste et anti-différencialiste, ennemie de toute authenticité. M. Val a quarante ans de retard, tout simplement. Il poursuit :

 

« Car, et l’on est fatigué de le rappeler, la gauche est libérale. C’est son identité. C’est à ça qu’on la reconnaît. [...] Il faut absolument récupérer ce mot de libéral, que la gauche s’est fait voler par la droite. Parler d’une gauche antilibérale, c’est aussi con que de dire que l’eau bout à zéro degré ou qu’elle gèle à cent. (1) »

 

Nous n’avons vraisemblablement pas suivi les mêmes cours d’histoire. Une gauche libérale, qu’est-ce que ça peut bien être ? Tony Blair ? Oui, peut-être, mais les gauchistes purs et durs vous diront que cet individu n’a rien de gauche, ce en quoi on ne saurait leur donner tort. Car enfin, si la gauche peut-être libérale, alors Ségolène Royal ou Daniel Cohn-Benditt sont de gauche ! Et il me semble que cette affirmation insulte la raison. Non, décidemment, ce vieux soixante-huitard de Philippe Val n’a pas seulement un train de retard, il pratique allégrement le révisionnisme idéologique le plus éhonté. Sa plus grande faiblesse, étrangement, n’est pas de croire que la gauche a encore un sens, c’est de lui attribuer dans le passé un sens qu’elle n’a jamais eu. Quant à nous, peut nous importe de savoir sous quel drapeau marche le libéralisme : d’où qu’il vienne, nous le recevrons avec une vollée de pierres.

 

val01.jpg 

(1) Suivant le même raisonnement, Charb, un autre intervenant de Charlie Hebdo, écrivait le 1er février 2006 dans un article très tendancieux intitulé « L’OPA de la droite sur le politiquement incorrect » : « La droite s’est emparée du concept de libéralisme, qui était, avant le hold-up lexical, associé à la pensée de gauche. »

 

 

 

Sur un sujet similaire :

 

                               - Charlie  Hebdo  Sonne  le  Gong  du  Péril  Jaune

Commenter cet article